2 SEPTEMBRE 2022

Trousses de médication pour l’aide médicale à mourir : une nouvelle option pour les médecins

PARTAGER

L’été dernier, lors de la visite du pape François, la fermeture d’un tronçon de la route 138, reliant Québec à Charlevoix, a mis en lumière une situation nécessitant des modifications. Il s’agit en effet d’une des voies de livraison pour les trousses contenant la médication administrée lors d’une aide médicale à mourir (AMM), préparées à environ une heure de route de Québec.

Plusieurs médecins administrant ce soin nous ont rapporté par ailleurs que l’obligation de fournir la médication dans des seringues préremplies (donc préparées sous hotte) a entraîné des retards qui ont eu des impacts sur leurs patients. Devant cette situation, le Collège et l’Ordre des pharmaciens (OPQ) ont décidé d’agir.

Au Collège, l’avis du groupe conseil sur l’AMM et les soins de fin de vie a été sollicité pour réévaluer l’obligation de fournir la médication dans des seringues préremplies. Le CMQ et l’OPQ ont échangé, puis convenu de nouvelles modalités qui seront bientôt annoncées conjointement et entreront en vigueur dans les prochains jours.

Essentiellement, il s’agira d’offrir une alternative, avec deux options pour les médecins administrant le soin.

Les patients ne doivent pas être pénalisés par des retards de préparation ou de transport. Les médecins, quant à eux, doivent disposer d’options facilitantes sans compromettre la sécurité et la qualité de ce soin.

Nous saluons la collaboration entre ordres professionnels qui facilite cette évolution.

Mauril Gaudreault, M.D.