9 DÉCEMBRE 2022

Stérilisations non consenties : il y aura une suite!

PARTAGER

Le rapport de recherche Consentement libre et éclairé et les stérilisations imposées de femmes des Premières Nations et Inuit au Québec a fait couler beaucoup d’encre depuis sa publication. Je m’étais engagé à rencontrer son auteure principale, la professeure Suzy Basile, ce que j’ai fait au cours des derniers jours en compagnie de membres de son équipe. J’avais également demandé au Dr Stanley Vollant de prendre part à la rencontre. Le Collège entend examiner en détail les recommandations qui lui ont été formulées. 

Lors de cet entretien, j’ai offert à nouveau l’entière collaboration de notre ordre professionnel pour faire toute la lumière sur les situations rapportées. Nous nous engageons à donner le suivi approprié, dans la mesure où nous obtiendrons des signalements. Ce processus délicat s’inscrit dans une démarche de sécurisation culturelle à laquelle nous allons participer. 

Au-delà de cette première étape, il faut poursuivre la réflexion quant aux solutions concrètes qui peuvent être mises en place, en collaboration étroite avec les Premières Nations, dont la formation des médecins. Sur la foi de nombreux témoignages contemporains, recueillis dans plusieurs régions du Québec, certains médecins ont besoin d’une formation actualisée sur le contentement libre et éclairé. Il faut aussi rappeler, autant que nécessaire, que les médecins doivent soigner, et non pas juger. Je vous tiendrai au courant des développements dans ce dossier.