16 DÉCEMBRE 2022

Le regard du président sur l’année 2022

PARTAGER

Une année mouvementée se termine. Elle fut difficile dans le réseau de la santé, notamment dans les urgences. Heureusement, des solutions pointent à l’horizon. 

L’année 2022 a également marqué le 175e anniversaire du Collège des médecins. Ancré dans l’histoire, notre ordre professionnel se tourne aussi vers l’avenir. 

Tout au long de l’année, sur plusieurs dossiers d’actualité, le Collège s’est positionné et a agi pour la protection du public. Voici cinq grands thèmes qui ont été au centre de nos préoccupations. 

Accès aux soins

On a beau tenter d’en colmater les brèches, le réseau de la santé craque de toutes parts. Des équipes dévouées, compétentes, le portent à bout de bras et sont à bout de souffle. La population québécoise se retrouve actuellement privée d’un accès au réseau de la santé dans un délai raisonnable. Pour renverser la vapeur, il faudra réinventer la première ligne, ce qui exigera des efforts colossaux.

Rappelons qu’au printemps 2021, le Collège avait fait de l’accès équitable aux soins un dossier prioritaire et avait mis sur pied le Chantier sur l’accès à un médecin et la cessation d’exercice. Le rapport de ce Chantier, publié au printemps 2022, propose de nouvelles avenues pour la première ligne, le parcours de soins et l’interprofessionnalisme. 

Dans la foulée de cette démarche, j’ai effectué, de mai à septembre 2022, une tournée d’une douzaine de pôles en santé, à travers le Québec, et des facultés de médecine. J’ai ainsi pu échanger avec des médecins, des apprenants, des patients et des membres de comités des usagers. Les problèmes d’accès, le manque de ressources en santé mentale, l’épuisement du personnel et les conditions de pratique difficiles sont source de grande préoccupation. Il en sera question dans le rapport de cette tournée, qui sera diffusé en 2023.

Enfin, depuis octobre, le Collège prend part à la cellule de crise du gouvernement québécois, dédiée au problème d’engorgement des urgences. Celle-ci devrait mener à des solutions concrètes, applicables sur le terrain. 

Pandémie et mesures sanitaires

Au cours de la dernière année, nous avons pris position sur plusieurs enjeux liés à la pandémie, dont la vaccination. Encore récemment, face à la triple menace virale (COVID-19, influenza, VRS) et à ses répercussions dans les urgences, nous avons encouragé la population à porter le masque dans les lieux publics. Ce geste de solidarité envers le personnel soignant et les personnes vulnérables fait appel à la responsabilité sociale de tous et chacun.

Environnement et santé

En 2022, on ne peut plus dissocier l’environnement et les enjeux de santé. Alors que la COP15 se terminera dans quelques jours à Montréal, la population du Québec est en droit de savoir ce que contient l’air qu’elle respire et l’eau qu’elle boit. Face aux seuils de concentration de nickel dans l’air à Québec ou aux émanations d’arsenic provenant de la Fonderie Horne, à Rouyn-Noranda, le Collège a pris position afin de prioriser la santé des citoyennes et citoyens. Nous saluons le courage des médecins qui ont dénoncé publiquement de telles menaces à la santé publique. 

Racisme systémique

Les médecins doivent soigner, et non pas juger. Ce message, le Collège le répètera autant que nécessaire. Les témoignages contenus dans le rapport de recherche de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue sur les stérilisations non consenties de femmes des Premières Nations et Inuit sont bouleversants et inacceptables. Le Collège entend examiner en détail les recommandations qui lui ont été formulées et collaborera, avec les Premières nations, à la mise en œuvre de solutions concrètes, pour enfin pouvoir dire « plus jamais ! »

Aide médicale à mourir

En mai dernier, dans son mémoire, le Collège a salué plusieurs avancées en lien avec le projet de loi no 38, dont l’autorisation pour les infirmières praticiennes spécialisées d’administrer l’AMM et l’élargissement de l’accès à ce soin dans toutes les maisons de soins palliatifs. Toutefois, le retrait in extremis du volet concernant les handicaps neuromoteurs nous a déçus. Il faudra y revenir. Nous continuerons aussi de réclamer la nécessaire harmonisation des lois fédérale et provinciale encadrant l’AMM, afin d’éviter toute iniquité pour les patients québécois. 

Et en 2023 ? 

Le Collège continuera de placer les patients au centre de ses préoccupations et de prendre position sur des enjeux de société qui concernent aussi la santé. Nous poursuivrons également le travail entamé pour favoriser l’élargissement des pratiques professionnelles et réviserons les obligations cliniques des médecins en fin de carrière. Enfin, nous unirons nos efforts à ceux de l’ensemble des acteurs du réseau, afin que les patients aient accès à des soins de santé de qualité, dans un délai raisonnable. C’est le plus beau souhait qu’on peut collectivement se faire pour 2023 !