21 JANVIER 2022

Déontologie et guide de priorisation des hospitalisations

PARTAGER

La situation de crise se poursuit dans le réseau hospitalier. Certains indices pointent cependant vers un ralentissement des hospitalisations.

Pour parer au pire, un Guide pour la priorisation et la gestion des hospitalisations a été élaboré, que le Collège a validé sur les plans éthique et déontologique. Sa mise en place, si la situation devait continuer de se détériorer, ne devrait pas excéder une période maximale de 4 à 6 semaines. Ce guide prévoit des éléments novateurs à pérenniser, tandis que d’autres ne devront être que transitoires.  Nous compterons alors sur l’ensemble des médecins pour offrir en tout temps des soins de qualité et sécuritaires.

Nous traversons une période très difficile au cours de laquelle les professionnels de la santé, fortement sollicités, doivent s’épauler pour continuer d’offrir à la population les soins appropriés. C’est pourquoi nous avons diffusé ce mercredi un avis conjoint, avec l’Ordre des infirmières et infirmiers (OIIQ) et l’Ordre des pharmaciens (OPQ), rappelant le devoir de respecter nos obligations déontologiques malgré les circonstances. 

En aucun temps il n’est question pour le Collège de diluer notre Code de déontologie. Cependant, l’analyse des manquements allégués devra tenir compte du contexte exceptionnel qui prévaut.

Nous demeurerons extrêmement vigilants quant à l’application de ce Guide en regard de la qualité des soins aux patients, parce que c’est notre mission à titre d’ordre professionnel.

Il y a 21 970 médecins en exercice

Le Collège publiait cette semaine ses plus récentes statistiques sur les effectifs médicaux :

  • On compte 345 médecins de plus que l’année précédente;
  • Le tableau de l’ordre dénombre 25 176 médecins, dont 90 % sont actifs;
  • Il y a au Québec 11 219 médecins spécialistes (51 %) et 10 164 (46,3 %) médecins de famille. 53 % des médecins sont des femmes;
  • Parmi l’ensemble des médecins, 2 253 (10 %) ont obtenu leur diplôme à l’extérieur du Canada et des États-Unis.

Cette année, un total de 3975 étudiantes et étudiants sont inscrits en médecine au Québec. L’une d’entre elles a tristement mis fin à ses jours tout récemment. Cet événement a secoué la communauté étudiante de la Faculté de médecine de l’Université McGill, et certainement l’ensemble de la communauté médicale. Il faut nous rappeler que la formation universitaire en médecine est ardue. Les médecins qui enseignent notre profession doivent porter attention à tous les signaux de détresse chez leurs étudiants.

Résultats de notre sondage sur la pandémie

Vous avez été très nombreux à prendre le temps de répondre à notre sondage sur les impacts du délestage et les non-vaccinés.

Précisément, 2821 médecins et résidents y ont répondu, ce qui nous permet de mieux connaitre votre expérience en lien avec les non-vaccinés, le délestage et la fatigue pandémique:

  • Le sondage indique que 86 % d’entre vous ont traité des patients réticents ou opposés à la vaccination. Parmi ces patients, 88 % n’invoquaient pas de motifs médicaux. Près d’une fois sur deux, vous avez réussi à les convaincre de se faire vacciner. Vous êtes plus de la moitié (56 %) à estimer que des mesures plus vigoureuses les inciteraient à se faire vacciner.
  • Vous êtes une majorité (78 %) à affirmer que le délestage affecte vos patients. Dans 85 % des cas, vous jugez que cela pourrait amener une détérioration de leur état. Plus de la moitié d’entre vous (55 %) subit directement les impacts de la pénurie de personnel. Dans une proportion de 45 %, vous affirmez souffrir beaucoup de la fatigue pandémique.

Nous vous remercions à nouveau d’avoir rempli ce sondage, dont vous retrouverez les résultats complets ici.

Le mot de la fin

Au cours des dernières semaines, une soixantaine de médecins retraités se sont réinscrits pour prêter main-forte à l’effort de vaccination. C’est une belle preuve d’engagement, même après une carrière active. Merci à vous!

Mauril Gaudreault, M.D.
Président