Le Collège poursuit l’ensemble de ses activités à distance pendant la pandémie. Les visiteurs sont admis sur rendez-vous seulement.
Consultez la page Nous joindre pour connaître nos heures d’ouverture et nos coordonnées.
15 DÉCEMBRE 2021

Mot du président

PARTAGER
Mesures sanitaires et vaccination : redoublons d’efforts!

Compte tenu de la situation épidémiologique qui semble se dégrader actuellement, nous invitons la population à redoubler de vigilance. La vaccination et les mesures sanitaires demeurent les nerfs de la guerre. J’encourage d’ailleurs nos membres à prêter main-forte à la campagne de vaccination. Selon le gouvernement, il manque actuellement 500 vaccinateurs pour administrer des doses de rappel, il faut gagner cette course contre le variant Omicron. Les volontaires peuvent s’inscrire en ligne, dans le site Je Contribue.

Les meilleurs soins possibles, jusqu’au bout de la vie

Lundi, nous avons rendu public notre positionnement sur l’élargissement de l’accès à l’aide médicale à mourir (AMM), fruit d’un travail rigoureux de notre groupe de réflexion sur l’AMM et les soins de fin de vie, auquel j’ai personnellement pris part. Depuis avril dernier, notre groupe a déployé plusieurs initiatives pour alimenter ses travaux : sondages auprès de la population et des médecins, appel de mémoires, groupes de discussion, consultations, journée de réflexion. Ces démarches nous ont permis d’étoffer l’argumentaire sur lequel s’appuie notre prise de position.

Sur certains aspects, notre positionnement concorde avec celui de la Commission spéciale sur l’évolution de la Loi concernant les soins de fin de vie, notamment pour les personnes atteintes de troubles neurocognitifs. Pour ces personnes, aptes à consentir et conscientes du risque inévitable de perdre leur aptitude, le Collège soutient que l’AMM peut être envisagée.

Sur d’autres aspects, nous faisons un pas de plus que la Commission, notamment pour ce qui est des cas où un trouble de santé mentale est le principal motif de la demande d’AMM. Il s’agit d’une question extrêmement délicate, et des balises très claires seront nécessaires pour guider les médecins. Néanmoins, nous croyons que la souffrance découlant d’un trouble de santé mentale doit être reconnue au même titre que celle engendrée par d’autres maladies.

Le Collège estime aussi que l’AMM pourrait être considérée pour certains groupes de mineurs, soit chez les bébés avant l’âge d’un an dans certains cas bien précis, ou pour des « mineurs matures » de 14 à 17 ans. Il s’agit de situations déchirantes, complexes, qu’il faut avoir le courage d’aborder.

Bien sûr, ce positionnement ne résout pas toutes les questions. Il ouvre des portes et engage à la discussion, notamment avec les deux paliers de gouvernement qui seront responsables de réviser les lois. Le Collège rappelle d’ailleurs l’urgence d’harmoniser les lois québécoise et fédérale, afin d’éviter toute confusion quant aux critères d’admissibilité à l’AMM.

Depuis plus de 12 ans, le Collège se prononce sur divers enjeux entourant ce soin. Cela s’inscrit dans notre mission, qui est de protéger le public en offrant une médecine de qualité, y compris des soins de fin de vie appropriés. Nous continuerons de participer activement à ce débat de société pour faire évoluer les lois et assurer les meilleurs soins possibles à des personnes vulnérables et souffrantes.

L’ère de la collaboration entre médecins

L’année 2021 en fut une de transition au sein des fédérations médicales. De grands défis attendent notre profession, notamment celui d’améliorer l’accès aux soins pour la population québécoise. La collaboration entre médecins est une avenue incontournable pour relever ce défi et assurer l’accès, la qualité et la sécurité des soins. Il faut donc continuer de briser les silos. Le Collège veut y contribuer en vous partageant ici un énoncé de principes sur la collaboration intraprofessionnelle. Nous sommes convaincus que nous pouvons faire mieux ensemble, dans le respect de nos rôles respectifs.

La santé mentale en cadeau

Nous arrivons au terme d’une deuxième année très exigeante sur fond de pandémie. À l’approche des Fêtes, il est parfois difficile d’avoir le cœur aux réjouissances lorsque la fatigue, l’anxiété ou des idées sombres prennent toute la place. En cette période qui appelle à l’entraide et à la solidarité, je vous invite à contribuer généreusement à la campagne de financement de la Fondation du PAMQ. Les demandes d’aide au PAMQ ont augmenté de 28 % au cours de la dernière année. Un petit geste peut faire une grande différence pour une ou un collègue qui vit un moment difficile. Merci!

Meilleurs vœux

Pour conclure ce dernier mot de l’année, je tiens à vous souhaiter un agréable temps des Fêtes, sous le signe de la prudence, auprès des personnes qui vous sont chères. C’est le temps de prendre soin de vous, comme vous prenez soin des autres tout au long de l’année. Profitez bien de ce moment pour vous ressourcer et cultiver votre santé globale.

Au plaisir de vous retrouver en 2022!

Mauril Gaudreault, M.D.