Le Collège poursuit l’ensemble de ses activités à distance pendant la pandémie. Les visiteurs sont admis sur rendez-vous seulement.
Consultez la page Nous joindre pour connaître nos heures d’ouverture et nos coordonnées.
4 NOVEMBRE 2021

Positionnement sur la vaccination obligatoire

PARTAGER

Cet après-midi, le ministre de la Santé et des Services sociaux a annoncé qu’il renonçait à l’application du décret ministériel sur la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé. À cet égard, la position du Collège ne change pas. Nous continuons d’affirmer que la vaccination est un devoir déontologique et une obligation sociale pour les médecins.

Selon les chiffres à notre disposition, moins de 200 médecins sont actuellement considérés comme non adéquatement protégés au Québec.  Le taux de vaccination atteint près de 99 % chez les médecins québécois.

Plusieurs mesures, dont l’imposition de tests de dépistage fréquents pour les personnes non vaccinées, restent prévues pour assurer des milieux de soins sécuritaires. Soulignons d’ailleurs que la vaccination contre la COVID-19 demeure obligatoire pour les nouveaux employés.

Nous donnerons suite aux recommandations de la Santé publique, qui s’adapte à l’évolution favorable de la situation épidémiologique. Nous prendrons également connaissance des amendements qui seront apportés au décret gouvernemental.

Fidèle à sa mission de protection du public, le Collège continuera de faire progresser la vaccination des médecins avec les leviers dont il disposera.

Journées du Collège : vous êtes un millier chaque jour au rendez-vous!
Les Journées du Collège battent leur plein cette semaine. Depuis lundi, chaque midi, vous êtes tout près de 1000 médecins à vous joindre à nous pour discuter d’enjeux qui touchent notre profession. Votre présence, votre intérêt et votre participation au clavardage font le succès de ces événements. Un grand merci!

Un entretien annuel avec le ministre de la Santé
Lundi midi, le ministre Dubé est venu échanger avec nous sur sa vision du système de santé et de l’après-pandémie. En cette période de débats difficiles sur la vaccination obligatoire, l’accès aux médecins et la prise en charge des patients, cet entretien laisse entrevoir un changement de ton et l’amorce d’un dialogue plus constructif que celui qui a cours sur la place publique depuis quelques semaines. 

Je retiens surtout la volonté du ministre de discuter avec les médecins afin de trouver ensemble des solutions aux enjeux d’accessibilité, à partir de données justes et d’une compréhension commune des faits.  

Nous ferons de cette visite un incontournable annuel dorénavant! 

Aide médicale à mourir : ouvrons nos perspectives
Lors du webinaire de mardi, nous avons assisté à des discussions animées entourant l’aide médicale à mourir (AMM), alimentées par les résultats d’un sondage exclusif du Collège, mené par la firme SOM auprès des médecins et du public le mois dernier.

Il en ressort que près de 3 médecins sur 4 (73 %) appuient de manière catégorique l’AMM dans certaines conditions, une proportion similaire à celle observée dans la population (71 %).

Sur le principe du consentement anticipé dans des cas de maladie grave et incurable, 78 % des citoyens et 64 % des médecins s’y disent favorables. Lorsqu’il est question de santé mentale, l’appui chute à 61 % dans la population et à 42 % chez les médecins.

De ce sondage, je retiens le souhait des médecins que le Collège communique davantage ses positions. Nous allons travailler en ce sens, tant pour mieux informer nos membres que pour sensibiliser la population.

Enfin, en réponse à une intervention d’un des panélistes lors de ce webinaire, la question de l’interdisciplinarité a été abordée. À ce chapitre, il est clair pour le Collège que la collaboration interprofessionnelle est une voie d’avenir. La possible contribution des IPS à l’administration de ce soin de fin de vie est une perspective à envisager et elle sera discutée.

Quel avenir pour la télémédecine?
Ce midi, nos panélistes se sont penchées sur la question de la télémédecine en commentant les résultats de la vaste enquête de la firme McKinsey, dans une perspective mondiale. L’essor de cette pratique durant la pandémie nous en a fait apprécier les avantages. Mais nous avons aussi expérimenté ses revers, alors que plusieurs patients se sont retrouvés aux urgences faute de pouvoir rencontrer leur médecin. Il faut s’assurer que cette pratique est bien encadrée pour préserver la sécurité des soins et surtout la qualité de la relation patient-médecin. C’est essentiel! La multiplication des plateformes et des outils entraîne aussi le risque de la création de silos. Voyons-y l’occasion de repenser nos modèles.

Le groupe de travail du Collège sur la télésanté est très engagé dans ces réflexions. Je vous rappelle l’existence de la page Télémédecine dans notre site Web, alimentée régulièrement, qui regroupe toute la documentation récente que nous avons publiée sur ce thème.

La semaine n’est pas terminée!
Il est encore temps de vous inscrire à notre webinaire de demain, qui portera sur les enquêtes et le processus disciplinaire. Je vous attends aussi, ce vendredi 5 novembre, dès 12 h, à la remise des prix du Collège, suivie de notre assemblée générale annuelle à 12 h 30. Nous y ferons un bilan de l’année et échangerons avec vous sur plusieurs projets en cours et à venir! 

Au plaisir de vous savoir en ligne avec nous,

Mauril Gaudreault, M.D.