6 MAI 2022

L'urgence d'agir

PARTAGER

Le dépôt du rapport de notre Chantier sur l’accès à un médecin et la cessation d’exercice représente l’aboutissement d’une démarche d’analyse rigoureuse. Nous y travaillons depuis un an. Il en résulte un document imposant, à l’image des immenses défis dont il fait état. Le point final de ce rapport marque en réalité un point de départ, car l’urgence d’agir est bien réelle.

Des constats implacables

Récemment, nous vous faisions part des résultats de deux sondages menés dans le cadre de ce Chantier. Ils sont sans équivoque : notre réseau de la santé ne parvient pas à répondre adéquatement aux besoins de la population. Il est préoccupant d’apprendre que 4 personnes sur 10 ont renoncé à solliciter une consultation, pour elles-mêmes ou un proche, convaincues de l’impossibilité d’obtenir un rendez-vous dans un délai raisonnable. Cette statistique s’ajoute à d’autres, tout aussi préoccupantes, sur le nombre de patients orphelins ou encore sur le nombre de personnes en attente d’une intervention chirurgicale. Tout cela vous donne sans doute le vertige. Nous devons sortir prestement de cette impasse. Malgré tous les efforts conjugués des médecins depuis des années, la situation ne semble pas s’améliorer en matière d’accessibilité.

Cinq axes de solutions

Cinq principaux axes ont été ciblés dans le cadre de ce Chantier et ont inspiré pas moins de 65 recommandations, dont plusieurs sont déjà en cours d’actualisation. Ces cinq axes sont :

  • La collaboration inter et intraprofessionnelle
  • La priorisation et la pertinence des soins
  • L’information et le soutien au public
  • Le rehaussement technologique
  • La cessation d’exercice

Sur le plan de la collaboration, nous avons exprimé notre vision des choses : il n’est pas nécessaire que chaque Québécoise ou Québécois ait un médecin de famille. Il est cependant nécessaire que chacune ou chacun puisse avoir accès à une équipe de professionnels de la santé, lorsque la situation l’exige.

Il est désormais incontournable de concevoir l’accès, tant en première qu’en deuxième ligne, en termes d’équipe, dans une optique de responsabilité collective. La volonté de collaborer existe manifestement sur le terrain. Nous l’avons maintes fois constaté. Il faut cependant lever les obstacles qui freinent actuellement son plein déploiement. Les médecins et les professionnels de la santé ont besoin de soutien et d’un réseau organisé afin de leur permettre de réaliser leurs activités avec efficacité et efficience.

Le Collège sera actif et engagé pour mener à bien l’ensemble des actions proposées dans ce rapport et assurera un leadership pour celles en lien avec la collaboration inter et intraprofessionnelle, l’information et le soutien au public et l’accompagnement des membres vers la cessation d’exercice. À ce sujet, il sera essentiel de mettre en place des mesures de rétention des médecins, en permettant notamment une cessation d’exercice souple et progressive.

Les patients au cœur du réseau

À travers tous ces aspects, nous ne devons pas perdre de vue les patients et leurs proches. Leur place est au cœur du parcours de soins. Nous devons mieux les orienter, les informer et les soutenir. 

Fidèle à sa mission de protection du public, le Collège doit jouer un rôle de premier plan à ce chapitre. 

Un rapport écrit ensemble 

Enfin, remercions nos partenaires de ce Chantier : le ministère de la Santé et des Services sociaux, la FMOQ et la FMSQ, ainsi que notre patiente partenaire, qui a enrichi notre perspective. Améliorer l’accessibilité aux soins ne sera possible que si nous faisons équipe!

Cordialement,
Mauril Gaudreault, M.D.