21 AVRIL 2017

Appel à la vigilance – syphilis et infection gonococcique

PARTAGER

Le Collège des médecins du Québec vous transmet ces deux avis du ministère de la Santé et des Services sociaux et sollicite votre collaboration.


Augmentation des cas de syphilis congénitale 

Au Québec, trois cas de syphilis congénitale ont été déclarés en 2016 alors que cinq cas ont été déclarés entre 2000 et 2015. L’objectif de l’Organisation mondiale de la santé est d’éliminer la syphilis congénitale. Cette infection peut facilement être prévenue grâce au dépistage et au traitement précoce de la syphilis chez la femme enceinte. Votre collaboration est essentielle pour limiter la transmission de la syphilis et contribuer à l’élimination de la syphilis congénitale.

La syphilis est en augmentation au Québec depuis 2001. Elle touche surtout les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Toutefois, de plus en plus de cas surviennent chez des femmes en âge de procréer de toutes les régions du Québec. Des données d’enquête épidémiologique ont révélé que 36 % des femmes infectées par la syphilis ne rapportaient aucun facteur de risque pour elle ou leur partenaire alors que 51 % avaient un partenaire à risque.

En l’absence de traitement, la syphilis pendant la grossesse peut conduire à une mortinaissance ou à un accouchement prématuré. La syphilis congénitale peut provoquer des manifestations neurologiques, hépatiques, cardiologiques, hématologiques ou osseuses. Un nouveau-né peut être infecté sans avoir de symptôme. Les manifestations peuvent se présenter plus tard. Pour en savoir davantage et pour connaître les recommandations à suivre, consultez ce document du MSSS.


Infection gonococcique non sensible aux céphalosporines de 3e génération 

Une première souche de Neisseria gonorrhoeae (NG) non sensible à la ceftriaxone et à la céfixime a été détectée au Québec en 2017. Il s’agit de la première souche canadienne non sensible à ces deux céphalosporines de 3e génération. Cette souche était également résistante à la ciprofloxacine et à la tétracycline mais sensible à l’azithromycine.

L’administration du traitement approprié contribue à diminuer le risque d’échec du traitement. Le respect des recommandations concernant la culture et les tests de contrôle contribue à maintenir une surveillance adéquate de la résistance et des échecs du traitement. La collaboration de tous est essentielle.

Progression de l’infection gonococcique
Le nombre de cas d’infection gonococcique déclarés au Québec a doublé en 5 ans. L’augmentation est observée surtout chez les hommes (+160 %) mais aussi chez les femmes (+25 %).

Progression de la résistance aux antibiotiques
La surveillance effectuée par le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) démontre que la proportion de souches de NG résistantes aux antibiotiques a considérablement augmenté au Québec au cours des dernières années. Pour en savoir davantage et pour connaître les recommandations à suivre, consultez ce document du MSSS.